Baignades : à tous les âges, il y a des risques !

Baignades : à tous les âges, il y a des risques !

Chaque année, environ 1000 décès résultent de noyades accidentelles en mer, rivière, lac ou piscine, principalement pendant l’été. Cependant, la plupart de ces noyades pourraient être évitées. Pour prévenir de tels accidents, il est essentiel d’apprendre à nager aux enfants dès que possible, ou au moins de les familiariser avec l’eau. Il n’est jamais trop tard pour apprendre à nager, même à l’âge adulte.

Pour les enfants, il est primordial que les adultes les surveillent en permanence lorsqu’ils jouent près de l’eau ou lorsqu’ils se baignent. Chaque enfant doit être surveillé étroitement par un adulte pendant toute la durée de la baignade. Une attention particulière est requise lors des baignades dans des piscines hors-sol sans dispositif de sécurité.

Pour les adultes, il est important de respecter les consignes de sécurité et les interdictions de baignade, en particulier dans les cours d’eau, les plans d’eau et en mer. Il est recommandé de se baigner dans les zones surveillées signalées par des drapeaux de baignade, car les équipes de secours peuvent intervenir plus rapidement en cas d’urgence. Avant de se baigner, il est également conseillé de vérifier les conditions météorologiques, d’informer un proche de son intention de se baigner et de reporter la baignade en cas de fatigue, de problèmes de santé ou de frissons. De même, la consommation d’alcool doit être évitée avant de se baigner.

Afin de reprendre la natation en toute sécurité après une période de baisse ou d’absence d’activité physique, il est recommandé de tenir compte de son état de forme. Il ne faut pas se baigner si l’on ressent un trouble physique, et il est important d’adapter l’intensité de la nage à ses capacités. Lors de la reprise de la natation après une interruption, il est préférable de privilégier les distances courtes. Avant de partir nager, il faut s’assurer que sa forme physique permet de le faire, car nager en milieu naturel est plus difficile et fatigant qu’en piscine. La consultation d’un médecin peut être utile pour accompagner la reprise de la natation.

En plus de ces recommandations, l’article de la santé publique présente des outils et supports d’information pour les professionnels de santé, ainsi qu’un nouveau dispositif de surveillance des noyades mis en place pendant l’été 2023. Ce dispositif vise à collecter des données sur le nombre de noyades accidentelles et de décès sur l’ensemble du territoire métropolitain et dans les DROM (Départements et Régions d’Outre-Mer), afin d’adapter les messages de prévention tout au long de la saison estivale.

Fortes chaleurs : les conseils pour se protéger dès qu’il fait chaud

Fortes chaleurs : les conseils pour se protéger dès qu’il fait chaud

Retrouvez ici des conseils simples à adopter lors des épisodes de fortes chaleurs ou de canicule qui doivent s’appliquer à tous, ainsi que des outils de communication disponibles à la commande pour les professionnels de santé.

Les bons réflexes à adopter par tous dès que les températures augmentent et pendant les fortes chaleurs :

  • Hydratation : Il est essentiel de boire de l’eau régulièrement, même sans avoir soif, et éviter l’alcool.
  • Rester au frais : Éviter de sortir aux heures les plus chaudes de la journée pour éviter les risques de coup de chaleur.
  • Éviter les efforts physiques : Il est conseillé d’éviter les activités physiques, notamment le travail et le sport, pendant les heures les plus chaudes.
  • Maintenir son logement au frais : Pour garder son domicile frais, il est recommandé de maintenir les persiennes et vitrages fermés du côté exposé au soleil et d’ouvrir du côté ombragé pour favoriser les courants d’air. Une serviette humide peut également être suspendue pour favoriser l’évaporation et rafraîchir l’atmosphère.
  • Personnes à risque : Les personnes âgées ou handicapées sont plus vulnérables aux fortes chaleurs. Il est conseillé de s’inscrire sur le registre de sa commune pour recevoir de l’aide pendant les périodes de canicule.
  • Médicaments et mécanismes de défense : En cas de fortes chaleurs, certains médicaments peuvent altérer les mécanismes de défense du corps. Il est recommandé de consulter son médecin ou son pharmacien en cas de doute.
  • Déplacement en voiture : Si un déplacement en voiture est nécessaire, privilégier les heures les moins chaudes et emporter suffisamment d’eau. Il ne faut jamais laisser une personne, en particulier un enfant, seul dans une voiture, même pour une courte durée. Attention également à vos animaux de compagnie.
  • Conseils pour les travailleurs et employeurs : La chaleur et la fatigue au travail peuvent entraîner une baisse de vigilance et des accidents de travail. Les employeurs doivent prendre des mesures simples pour protéger les travailleurs, comme fournir un local de repos adapté aux conditions climatiques et organiser des pauses en toute sécurité. L’INRS propose des supports pour sensibiliser les salariés à ces problématiques.

En suivant ces bons réflexes, tout le monde peut mieux gérer les périodes de chaleur intense et minimiser les risques pour la santé.

Voir l’article complet de la santé publique : https://www.santepubliquefrance.fr/les-actualites/2023/fortes-chaleurs-les-conseils-pour-se-proteger-des-qu-il-fait-chaud

Canicule info service : 0800 06 66 66 (numéro vert), appel gratuit depuis un poste fixe en France, de 9h à 19h.

PÉNURIE DE MÉDECINS : UNE SITUATION ALARMANTE

PÉNURIE DE MÉDECINS : UNE SITUATION ALARMANTE

La France fait face à une pénurie de médecins depuis plusieurs années, ce qui a des répercussions sur l’accès aux soins pour les patients. Cette situation est due à divers facteurs tels que le vieillissement de la population médicale, la répartition inégale des professionnels de santé sur le territoire et les difficultés rencontrées par les jeunes médecins pour s’installer en libéral.

Les déserts médicaux, où la densité médicale est très faible, touchent environ 30,2% de la population française. Cette pénurie de médecins se fait sentir non seulement dans les soins généraux, mais aussi dans certaines spécialités comme la gynécologie, la dermatologie et la pédiatrie. Malgré une augmentation du nombre de médecins ces dernières années, cela ne suffit pas à compenser les départs à la retraite et le vieillissement de la population médicale.

Le vieillissement de la population médicale est l’une des causes de cette pénurie. La proportion de médecins de plus de 60 ans a augmenté, en particulier chez les généralistes. Cela pose des défis pour l’organisation du système de santé, en particulier dans les zones rurales où les médecins en fin de carrière ont du mal à être remplacés.

Les difficultés de recrutement et de formation des nouveaux médecins sont également un problème majeur. Le numerus clausus, qui limite le nombre de places disponibles pour les études de médecine, n’a pas été suffisamment adapté à la demande croissante de soins médicaux. De plus, les conditions de travail et les rémunérations peuvent être moins attractives, notamment dans les zones rurales ou défavorisées.

Les conséquences de cette pénurie sont multiples, allant de la difficulté d’accès aux soins pour les patients à une surcharge de travail pour les médecins restants. Cela entraîne également une augmentation des temps d’attente pour les consultations et une diminution de la qualité des soins. Sur le plan économique et social, cela peut également entraîner des coûts supplémentaires et une augmentation de l’absentéisme au travail.

Pour remédier à cette situation, plusieurs solutions sont envisagées. Il est nécessaire de favoriser l’installation de médecins dans les zones sous-dotées en les soutenant financièrement. Il est également important de développer les formations et les incitations pour encourager les médecins à s’installer dans les zones rurales.

L’amélioration des conditions de travail et de rémunération des médecins est un autre aspect essentiel pour rendre la profession plus attractive. Les nouvelles technologies de la santé, telles que la télémédecine, peuvent également contribuer à pallier la pénurie de médecins dans les zones isolées.

L’avenir de cette problématique dépendra des mesures prises pour améliorer la formation, l’attractivité de la profession et les conditions de travail des médecins. La répartition territoriale des professionnels de santé, la gestion des déserts médicaux et l’évolution des modes d’exercice de la médecine seront des enjeux importants à relever dans les années à venir.

Voir nos autres articles : https://www.cds58.fr/category/blog/

Agir sur la santé à « mi-vie ».

Agir sur la santé à « mi-vie ».

Certaines conséquences des habitudes du quotidien sur l’état de santé apparaissent dès 40 ans et s’accroissent avec l’âge. De plus, les interventions en prévention et promotion de la santé, destinées aux personnes atteignant l’âge de la retraite, arrivent trop tard. Agir plus tôt et dans une démarche globale tout au long du parcours de vie est impératif. La mi-vie correspond souvent à une période particulièrement riche en transitions et devient le moment propice pour changer de mode de vie et éviter ainsi la fragilité physique et mentale à un âge avancé.

Voir l’article de la santé publique.

Assemblée générale de la fédération ADEDOM

Assemblée générale de la fédération ADEDOM

L’Assemblée générale de notre fédération s’est tenue aujourd’hui et nous sommes heureux de vous annoncer que notre Directrice, Laurence, a été élue membre du Conseil d’Administration d’Adedom, ce qui permet ainsi de représenter les Centres de Santé.

Accompagner l’équipe fédérale et participer à la vie associative est une nouvelle mission.

Un immense merci à nos patients : Des cadeaux qui illuminent notre quotidien

Un immense merci à nos patients : Des cadeaux qui illuminent notre quotidien

Nous souhaitons profiter de ce moment pour exprimer notre gratitude la plus sincère à tous nos patients nous ayant offert différents cadeaux au fil des années. Votre générosité nous touche profondément, chaque geste compte et apporte une lueur de joie à notre quotidien au centre de soins infirmiers.

Ces magnifiques bouquets reçus récemment ont apporté une touche de fraîcheur et de douceur à notre environnement de travail.

Au-delà de la beauté des fleurs, ces présents symbolisent l’affection et la confiance que vous nous accordez. Ils nous encouragent à continuer à vous offrir les meilleurs soins possibles, avec tout le dévouement et la bienveillance qui nous animent.

À tous nos patients, merci du fond du cœur pour votre générosité et votre confiance. Votre reconnaissance est notre plus belle récompense.

Borréliose de Lyme et prévention des piqûres de tiques

Borréliose de Lyme et prévention des piqûres de tiques

En France, la période à risque de contracter des piqûres de tiques commence. Le 25 mai 2023, les centres spécialisés dans la prise en charge des maladies transmises par les tiques organisent une journée de sensibilisation sur la borréliose de Lyme et autres affections similaires. Cette initiative permet à la santé publique de faire le point sur la situation et de partager les résultats du Baromètre Santé réalisé dans la région Grand-Est, où le taux d’incidence est parmi les plus élevés.

Voir l’article de la santé publique.

Recrutement

Recrutement

Le centre est à la recherche d’infirmiers/infirmières pour un remplacement d’une durée de 3 mois pour les mois d’Août, Septembre et Octobre.

Si vous êtes intéressé(e)s, contactez-nous pour plus d’informations :

  • Téléphone : 03 86 59 23 16
  • Email : contact@cds58.fr
  • Via le formulaire de dépôt de candidature sur notre site internet : https://www.cds58.fr/
Octobre Rose

Octobre Rose

L’ensemble de l’équipe du Centre de Soins est mobilisé à l’occasion de la prévention du cancer du sein pour ce mois d’Octobre.

Yoga

Yoga

Cette semaine, les enfants du personnel soignant ont pu bénéficier d’une séance de yoga/sophrologie pour enfant. Un moment de calme et de détente apprécié par tous.