Implantation des IPPAD pour la relation parents-enfants en France

Implantation des IPPAD pour la relation parents-enfants en France

L’article de Santé publique France examine l’implantation des Interventions de Prévention Précoce à Domicile (IPPAD) dans le contexte de la politique des 1000 premiers jours de l’enfant. La période cruciale des « 1000 premiers jours » englobant la grossesse jusqu’aux 2 ans de l’enfant est déterminante pour le développement cérébral, influençant sa santé et son bien-être à long terme. Les IPPAD, visant à renforcer le lien parent-enfant et prévenir les troubles d’attachement, sont des visites à domicile proposant des services de prévention primaire, secondaire, de soins, et de soutien à la parentalité.

IPPAD 1000 Premiers jours

Multiples Avantages des IPPAD

Les avantages des IPPAD sont multiples, touchant le développement psychoaffectif de l’enfant, la santé maternelle et infantile, la réussite scolaire, et la parentalité. Pour soutenir ces interventions en France, Santé publique France a créé un guide basé sur des études approfondies, incluant une revue de la littérature internationale, une enquête d’acceptabilité auprès des parents, et un état des lieux des IPPAD en France.

Fondements et Critères de Qualité des IPPAD

Le guide propose 13 critères de qualité et trois axes pour favoriser le développement des IPPAD en France. Ces critères couvrent les modèles d’intervention, les concepts théoriques, les objectifs, les profils des visiteurs, et les populations ciblées.

Guide Pratique en Préparation

Santé publique France prévoit également un guide pratique pour les professionnels, financeurs, et décideurs politiques, afin de promouvoir scientifiquement et méthodologiquement le déploiement de ces interventions et d’assurer leur accessibilité au plus grand nombre.

Initiative dans le Cadre du Programme « 1000 Jours »

Cette initiative s’inscrit dans le programme « 1000 jours », visant à promouvoir la santé et la prévention dès la périnatalité et la petite enfance. La politique des 1000 premiers jours de l’enfant, déployée depuis 2020, bénéficie du soutien de Santé publique France à travers des mesures de sensibilisation de la population et un cadrage scientifique pour le déploiement des visites à domicile en pré et postnatal.

Pour consulter l’article de Santé publique France, cliquez ici.

Pour consulter nos autres articles, cliquez ici.

Évolution de l’engagement des Français contre les virus hivernaux

Évolution de l’engagement des Français contre les virus hivernaux

L’article de Santé publique France analyse l’évolution de l’adhésion des Français aux mesures de prévention contre les virus hivernaux, en se basant sur les résultats de la dernière vague de l’enquête CoviPrev réalisée du 11 au 18 septembre 2023. L’hiver précédent a été marqué par une co-circulation intense de la Covid-19, de la bronchiolite et de la grippe, entraînant des tensions hospitalières considérables.

Intentions de vaccination : Stabilité pour la Covid-19, augmentation pour la grippe

Les intentions de vaccination contre la Covid-19 restent stables (74%), tandis que celles pour la vaccination antigrippale augmentent chez les personnes de 65 ans et plus (69% en 2023 contre 61% en 2022). Les participants à risque pour ces virus, en raison de l’âge ou de facteurs de risque, expriment une volonté de se faire vacciner à hauteur de 49%.

Adhésion insuffisante aux gestes barrières

En revanche, l’adhésion aux gestes barrières semble insuffisante. Seuls 60% des répondants sont prêts à les respecter en cas de retour d’épidémie de Covid-19, mais cette proportion diminue significativement pour d’autres maladies hivernales, avec seulement 25% et 22% pour la grippe et une autre maladie, respectivement. En ce qui concerne le port du masque, seulement 15% déclarent le porter systématiquement en présence de personnes vulnérables, et 14% dans les transports en commun.

Limites de la propension au port du masque en cas de symptômes

Par ailleurs, la propension à porter le masque en cas de symptômes reste limitée, avec seulement 54% des répondants indiquant qu’ils le feraient en présence de fièvre ou de toux. Bien que cette proportion ait légèrement augmenté depuis septembre 2022 (47%), elle demeure en deçà des attentes.

Campagnes de sensibilisation et de promotion des vaccinations

Ces résultats soulignent la nécessité de renforcer la sensibilisation autour des gestes barrières, notamment le port du masque en présence de symptômes. Une campagne de l’Assurance maladie et de Santé publique France, diffusée en TV, radio et sur internet depuis le 16 octobre 2023, vise à rappeler l’importance de ces mesures. Parallèlement, une campagne de promotion des vaccinations contre la grippe et la Covid-19 a été lancée depuis le 29 octobre 2023, soulignant l’importance complémentaire de la vaccination pour renforcer la prévention hivernale.

Pour consulter l’article de Santé publique France, cliquez ici.

Pour consulter nos autres articles, cliquez ici.

La Perception des Risques Environnementaux pour la Santé

La Perception des Risques Environnementaux pour la Santé

L’étude menée par Santé publique France explore comment les Français perçoivent les risques environnementaux qui peuvent affecter leur santé. Cette enquête se base sur des données recueillies en 2019, 2021 et 2023 pour comprendre les comportements, attitudes et perceptions des Français en matière de risques environnementaux.

Des Thématiques Environnementales Variées

L’étude porte sur neuf thématiques environnementales : les pesticides, la pollution de l’air extérieur, le bruit, les événements climatiques extrêmes, les métaux lourds, les sols pollués, le radon, les plantes invasives et l’exposition au soleil. Ces sujets sont choisis car ils représentent des risques chimiques, biologiques ou physiques qui ont des caractéristiques locales spécifiques. Les résultats de cette étude visent à identifier les domaines où la sensibilisation de la population est nécessaire et à orienter les stratégies de prévention dans le domaine de la santé-environnement.

Variances de Perception Selon les Thématiques

L’étude révèle que la perception de l’information varie selon la thématique environnementale étudiée. Les Français se sentent moins informés des risques liés au radon (20%) et aux plantes invasives (31%). En revanche, ils se sentent mieux informés sur les risques liés à l’exposition au soleil (84%) et aux événements climatiques extrêmes (76%). Parmi ceux qui ont déjà entendu parler des risques environnementaux, la plupart reconnaissent que la pollution de l’air extérieur, les métaux lourds, les sols pollués, les pesticides et les événements climatiques extrêmes présentent un risque plutôt élevé. Le bruit, les plantes invasives et le radon suscitent moins de préoccupations.

Graphique information des risques environnementaux

(en % : n=24514 pour les pesticides, n=9766 pour le radon, n=1047 pour les plantes invasives, n=2499 pour les autres thématiques)

Influences de l’Âge, de la Situation Financière et de la Profession

L’âge et le statut financier influencent la perception de l’information sur les risques. Les personnes plus âgées et celles se sentant plus à l’aise financièrement se déclarent mieux informées sur les risques pour leur santé.

De plus, la profession et la catégorie sociale ont un impact sur la perception des risques. Les agriculteurs se sentent mieux informés des risques liés aux pesticides, tandis que les ouvriers, eux, se sentent plus renseignés vis-à-vis des risques liés au bruit. Cela peut s’expliquer notamment par leur exposition professionnelle à ceux-ci. Cependant, les agriculteurs sont moins susceptibles de percevoir un risque élevé lié aux pesticides, ce qui constitue une observation paradoxale.

Élargir la Sensibilisation et l’Éducation

Au-delà de la simple information sur les risques, il est essentiel de favoriser la compréhension de ceux-ci pour la santé et de promouvoir de bonnes pratiques pour se protéger. La sensibilisation et l’éducation de la population par différents acteurs, y compris les organismes de prévention, sont nécessaires pour permettre aux individus d’identifier les enjeux de santé publique liés aux risques environnementaux.

Le Milieu Professionnel comme Levier de Sensibilisation

De plus, le milieu professionnel peut jouer un rôle clé dans la sensibilisation et la prévention des risques environnementaux. La diffusion d’informations sur les risques pour la santé liés à l’environnement de travail peut être encouragée, en complément d’autres dispositifs existants.

Outils Réglementaires pour Sensibiliser

Enfin, le développement d’outils réglementaires, tels que ceux prévus par la loi Alur, peut contribuer à sensibiliser la population aux enjeux de santé publique liés aux risques environnementaux et favoriser leur adaptation.

Pour consulter l’article de Santé publique France, cliquez ici.

Pour consulter nos autres articles, cliquez ici.

Les Répercussions du Télétravail sur la Santé des Travailleurs

Les Répercussions du Télétravail sur la Santé des Travailleurs

L’impact des conditions de télétravail sur la santé physique et mentale des travailleurs est au centre d’une étude menée par Santé publique France.

La Lombalgie au Cœur des Préoccupations

La lombalgie, une affection musculo-squelettique douloureuse, est le principal sujet de préoccupation. Le télétravail est soupçonné d’accroître le risque de lombalgie en raison de la sédentarité, des postures inconfortables et prolongées, ainsi que des facteurs psychosociaux comme l’isolement social.

Contexte des Confinements et de l’Essor du Télétravail

À la suite des confinements liés à la pandémie de Covid-19, le recours au télétravail a considérablement augmenté en France, et de plus en plus d’entreprises envisagent d’adopter le travail hybride. Cela a incité Santé publique France à examiner de plus près la relation complexe entre les conditions de télétravail, les symptômes dépressifs et la survenue de lombalgie.

Les Résultats de l’Étude

L’étude, menée sur environ 1 500 travailleurs indemnes de lombalgie au début du troisième confinement, a pris en compte diverses variables, notamment la fréquence du télétravail, la satisfaction à l’égard des conditions de télétravail, le genre, l’âge et la corpulence.

Les résultats indiquent que :

  • Le nombre de jours de télétravail par semaine semble influencer l’apparition de la lombalgie, avec une prévalence de 9 % pour le télétravail à temps plein, contre 5 % pour le travail hybride (télétravail à temps partiel).
  • Les conditions matérielles de télétravail et sa quantité ont un impact sur la satisfaction liée aux conditions de travail en distanciel.
  • Une satisfaction accrue vis-à-vis des conditions de télétravail réduit le risque de symptômes dépressifs et de lombalgie. En revanche, la présence de symptômes dépressifs accroît le risque de lombalgie.

Importance des Conditions Matérielles et de l’Organisation

Ces résultats, obtenus pendant le troisième confinement, fournissent un aperçu des déterminants de l’apparition de la lombalgie en situation de télétravail. Ils mettent en évidence l’importance des conditions matérielles (espace dédié, second écran, clavier, chaise de bureau) et de l’organisation du travail, notamment la fréquence hebdomadaire de celui-ci.

Leviers d’Action pour Améliorer la Santé au Travail à Domicile

Pour réduire l’impact du télétravail sur la santé, Santé publique France propose plusieurs leviers d’action, notamment l’encouragement des employeurs à prendre des mesures pour améliorer les nouvelles organisations de travail, la fourniture de matériel approprié pour le domicile, la diffusion de recommandations ergonomiques, l’attention portée à la fréquence du télétravail et la promotion de pauses régulières pour lutter contre la sédentarité.

Ces interventions ergonomiques et organisationnelles sont recommandées pour améliorer la santé des travailleurs en télétravail, en impliquant l’ensemble des parties prenantes.

Pour consulter l’article de Santé publique France, cliquez ici.

Pour consulter nos autres articles, cliquez ici.

Surveillance sanitaire améliorée – Coupe du Monde de Rugby 2023

Surveillance sanitaire améliorée – Coupe du Monde de Rugby 2023

La France accueille cette année la Coupe du Monde de Rugby, un événement sportif majeur se déroulant du 8 septembre au 28 octobre 2023. Les neuf villes hôtes – Toulouse, Marseille, Saint-Denis, Bordeaux, Nantes, Saint-Etienne, Lyon, Lille et Nice – s’apprêtent à accueillir de nombreux supporters français et internationaux pour cette compétition.

Enjeux sanitaires renforcée

Cependant, de tels rassemblements sportifs massifs suscitent des enjeux sanitaires qui requièrent une vigilance accrue de la part de nos systèmes de surveillance de la santé publique. Dans ce contexte, Santé publique France a adapté son dispositif de surveillance pour garantir une veille sanitaire adaptée à la Coupe du Monde de Rugby.

Surveillance et bilan de l’événement

Depuis le début de la compétition, des bulletins régionaux présentent une synthèse des résultats de la surveillance menée dans les villes accueillant les matchs. À la fin de l’événement, un bilan complet de cette surveillance sera publié sur le site web de Santé publique France.

Risques sanitaires à prendre en compte

La concentration de supporters dans un même lieu au même moment expose à des risques sanitaires, tels que la propagation de maladies épidémiques ou des risques de traumatismes liés à des mouvements de foule. De plus, la mise en place de structures temporaires de restauration collective peut potentiellement entraîner des toxi-infections alimentaires collectives en cas de défaillance des conditions d’hygiène. L’augmentation de la population exposée aux risques environnementaux est également un facteur à prendre en compte, tout comme l’importation de maladies inhabituelles sur le territoire. La diversité linguistique et des pratiques de soins parmi la population peut rendre difficile la mise en œuvre de mesures de prévention et de contrôle. De plus, il existe des risques potentiels d’actions malveillantes ciblant l’événement, et l’afflux de patients dans les structures de soins peut entraîner des retards dans la prise en charge médicale, voire une rupture de stock de certains médicaments en pharmacie de ville.

Renforcement de la surveillance sanitaire

Pour faire face à ces risques, Santé publique France a renforcé sa surveillance sanitaire. Les dispositifs de routine de veille et de surveillance restent opérationnels pendant la Coupe du Monde, mais des indicateurs spécifiques relatifs aux grands rassemblements, tels que les toxi-infections alimentaires, les traumatismes, le stress et les noyades, sont également surveillés. De plus, les données du système SurSaUD, basé sur les urgences médicales et les interventions de SOS Médecins, font l’objet d’une analyse approfondie au niveau régional et national après chaque match.

Rôle essentiel de Santé publique France

Santé publique France joue un rôle essentiel dans l’alerte des autorités sanitaires en cas de problèmes et participe à la préparation des stocks stratégiques nationaux de produits de santé mobilisables sur demande de l’État. Forte de son expérience lors de grands rassemblements passés, l’agence contribuera à l’enrichissement de la connaissance scientifique autour des enjeux de santé publique liés à de telles manifestations.

Pour consulter l’article de Santé publique France, cliquez ici.

Pour consulter nos autres articles, cliquez ici.

Mesures prises par les collectivités pour la qualité de l’air et la santé : Quelles sont-elles ?

Mesures prises par les collectivités pour la qualité de l’air et la santé : Quelles sont-elles ?

La qualité de l’air est un enjeu majeur de santé publique, et bien que des progrès aient été réalisés ces dernières années, la surveillance de la pollution atmosphérique et de ses effets sur la santé demeure essentielle. Santé publique France joue un rôle central dans ce domaine en coordonnant le Programme de surveillance Air et Santé, qui rassemble divers partenaires nationaux et régionaux pour évaluer l’impact de la pollution de l’air sur la santé.

Projet CEPEM

Dans ce contexte, Santé publique France a participé au projet CEPEM (Caractérisation des Épisodes de Pollution et Évaluation des Mesures Mises en Place), lancé en 2018 et financé par l’Ademe dans le cadre de l’appel à projets PRIMEQUAL. Ce projet était coordonné par l’Inserm (UMR-S 1136) et visait à analyser les impacts des épisodes de pollution sur la santé des populations exposées, ainsi qu’à évaluer l’efficacité des politiques publiques spécifiques mises en place pour lutter contre la pollution atmosphérique.

Missions du projet

L’une des principales missions de ce projet était de recenser les actions entreprises par les acteurs locaux pour améliorer la qualité de l’air, en mettant particulièrement l’accent sur les transports et les mobilités. Cette démarche visait à identifier les particularités, les leviers de réussite, et les difficultés liées aux mesures prises dans le cadre des politiques publiques de transports et de mobilités.

L’enquête a été menée sur 17 mois, impliquant des questionnaires et des entretiens avec de nombreux acteurs du secteur public et associatif, notamment des administrations déconcentrées de l’État, des collectivités territoriales, des établissements publics de coopération intercommunale, des associations, et d’autres parties prenantes. Au total, 173 mesures ont été recensées à l’échelle nationale, couvrant diverses thématiques telles que les politiques cyclables, piétonnes, les transports en commun, la logistique, la végétalisation, l’urbanisme, et bien d’autres.

Enseignements

Les enseignements tirés de cette enquête mettent en lumière plusieurs points clés, notamment l’engagement de nombreux territoires en faveur de l’évolution des mobilités vers des solutions plus douces, les projets d’envergure portés par les collectivités en partenariat avec divers acteurs, l’importance de l’anticipation des impacts sociaux et économiques des mesures, et le rôle crucial de la communication dans la réussite des projets.

Santé publique France met à disposition du public les résultats de cette enquête à travers un rapport d’étude et une cartographie interactive représentant les mesures recensées. Cette démarche vise à partager les connaissances et à favoriser la diffusion des bonnes pratiques pour améliorer la qualité de l’air et la santé en France.

Pour consulter l’article de Santé publique France, cliquez ici.

Pour consulter nos autres articles, cliquez ici.

Pénuries de médicaments : Une situation persistante due à une succession de facteurs industriels et commerciaux

Pénuries de médicaments : Une situation persistante due à une succession de facteurs industriels et commerciaux

L’article du Monde explore la persistance des pénuries de médicaments en France, attribuant cette crise à une série de facteurs industriels et commerciaux.

Les ruptures d’approvisionnement touchent diverses catégories de médicaments, des anti-infectieux aux antidiabétiques, provoquant des préoccupations parmi les professionnels de la santé et les patients. Récemment, la Flécaïne, crucial pour les troubles du rythme cardiaque, a été touchée par des tensions d’approvisionnement, mettant en lumière une crise qui perdure depuis plus d’une décennie.

Les professionnels de la santé et les autorités de régulation s’inquiètent de cette situation, car toute rupture d’approvisionnement de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur peut avoir des conséquences graves pour les patients.

Cette crise continue d’évoluer en France, mettant en évidence la complexité des problèmes qui y sont liés.

Consulter ici le tableau des disponibilités des médicaments :

Hépatites B, C et Delta : une activité de dépistage élevée et en augmentation

Hépatites B, C et Delta : une activité de dépistage élevée et en augmentation

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est fixé un objectif mondial ambitieux : éliminer les virus de l’hépatite B (VHB) et de l’hépatite C (VHC) d’ici à 2030. La France, de son côté, s’est engagée à atteindre l’élimination de l’hépatite C dès 2025. Pour y parvenir, elle intensifie ses efforts en matière de prévention, de dépistage, et d’accès aux soins et aux traitements de l’hépatite C.

Santé publique France joue un rôle essentiel en fournissant des indicateurs épidémiologiques mis à jour pour les hépatites B, C et Delta. Ces indicateurs incluent :

  1. Le dépistage et le diagnostic des hépatites B, C et Delta dans les laboratoires de biologie médicale, qu’ils soient remboursés ou non, prescrits ou non, et cela grâce à l’enquête LaboHEP 2021.
  2. Les données de remboursement de l’Assurance maladie, couvrant les tests réalisés dans les laboratoires privés et publics, à l’exception des tests effectués en hospitalisation.
  3. Les informations provenant des Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic du VIH et des hépatites virales (CeGIDD), via la surveillance SurCeGIDD.

Les indicateurs épidémiologiques régionaux et départementaux ont également été mis à jour sur Géodes.

Quelques points clés concernant les hépatites B, C et Delta :

  • L’activité de dépistage a augmenté en 2021, avec environ 5,1 millions de tests pour les anticorps du VHC et 5,4 millions pour l’antigène du VHB. Ces chiffres ont augmenté de 24% par rapport à 2016.
  • Les taux de tests de dépistage en 2021 étaient de 76/1 000 habitants pour les anticorps du VHC et de 80/1 000 habitants pour l’antigène du VHB. Ces taux étaient plus élevés en Île-de-France, en Provence-Alpes-Côte d’Azur et dans les départements et régions d’Outre-Mer.
  • Les taux de positivité des tests de dépistage ont diminué au niveau national, mais varient selon les territoires. En 2021, ces taux étaient de 0,67% pour les anticorps du VHC et 0,69% pour l’antigène du VHB.
  • Le nombre de nouveaux bénéficiaires de l’Affection longue durée (ALD) pour l’hépatite C chronique est en forte baisse depuis 2017. En 2021, 3 171 personnes ont bénéficié de l’ALD pour l’hépatite C chronique.
  • Le nombre de nouveaux bénéficiaires de l’ALD pour l’hépatite B chronique est également en diminution depuis 2017, avec 4 029 nouveaux bénéficiaires en 2021.

Ces données fournissent des informations cruciales pour évaluer les progrès vers l’élimination des hépatites B et C en France, conformément aux objectifs nationaux et internationaux.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter l’article de la santé publique en cliquant ici.

Rappel sur les hépatites

Les hépatites sont des maladies du foie. Elles sont le plus souvent dues à une infection virale ou sont d’origine toxique (alcool et certains médicaments).

Les hépatites virales sont classées de A à E en fonction de la famille du virus en cause. Leur principal point commun est leur capacité à infecter les cellules du foie et à s’y multiplier. Face à cette infection, le système immunitaire de l’hôte réagit, entraînant une destruction des cellules infectées et une inflammation (hépatite). 

Les infections par les virus des hépatites B et C sont très fréquemment asymptomatiques. Lors de la phase aiguë de l’infection, les symptômes peuvent être un jaunissement de la peau et des yeux (ictère), des urines foncées, une fatigue extrême, des nausées ou vomissements et des douleurs abdominales.

La vaccination est le moyen de prévention le plus efficace contre l’hépatite B.

La leptospirose devient une maladie à déclaration obligatoire

La leptospirose devient une maladie à déclaration obligatoire

La leptospirose, maladie transmissible de l’animal à l’homme, est inscrite depuis le 24 août 2023 sur la liste des maladies à déclaration obligatoire. Tout savoir sur la maladie, le signalement des cas de leptospirose et les gestes à adopter pour se protéger.


Cette maladie présentant principalement des symptômes pseudo-grippaux, peut également prendre des formes graves pouvant entraîner le décès. Celle-ci se transmet à l’homme par contact de la peau lésée ou d’une muqueuse avec de l’urine d’animaux porteurs de l’infection ou d’un environnement contaminé, comme de l’eau douce ou de la terre humide.

Pour mieux comprendre et prévenir les risques d’épidémie, ainsi que pour analyser l’évolution de cette maladie au fil du temps et adapter les politiques de santé publique, certaines maladies doivent être déclarées par les professionnels de santé, ce sont les maladies à déclaration obligatoire (MDO). Récemment, la leptospirose a été ajoutée à cette liste des MDO, à partir du 24 août 2023.

En France continentale, l’incidence annuelle de la leptospirose est estimée à environ 1 cas pour 100 000 habitants depuis 2014, avec environ 600 à 700 cas répertoriés chaque année. Cependant, il y a probablement une sous-estimation du nombre de cas. Dans les départements et régions d’Outre-Mer, ainsi que dans les collectivités d’Outre-Mer, la leptospirose est endémique, et l’incidence peut être de 10 à 70 fois plus élevée qu’en France continentale. Des pics épidémiques surviennent lors de la saison des pluies ou de phénomènes climatiques inhabituels comme les cyclones.

Actuellement, un manque d’informations et de connaissances sur la leptospirose est constaté, notamment en ce qui concerne son incidence réelle, l’émergence de nouvelles souches et le risque de transmission à l’homme à partir de réservoirs animaux émergents. L’ajout de la leptospirose à la liste des MDO permettra une meilleure compréhension de son épidémiologie, un suivi plus précis de la morbidité et de la mortalité, ainsi que la caractérisation des populations à risque pour des interventions de santé publique adaptées.

L’inscription de la leptospirose en tant que MDO facilitera également l’identification de cas groupés, ce qui permettra la mise en place de mesures de gestion appropriées, telles que des alertes aux voyageurs et résidents en zone d’hyper-endémie après des événements climatiques inhabituels, la fermeture d’accès à des cours d’eau, et la mise en place de moyens de lutte contre les réservoirs de la maladie.

En ce qui concerne sa surveillance, Santé Publique France centralise les données, les analyse et les transmet aux autorités sanitaires, tout en fournissant des recommandations pour les mesures à mettre en place. Le ministère de la Santé utilise ces données pour définir et adapter les politiques de santé publique.

Pour se protéger de la leptospirose, des mesures de prévention collective et individuelle sont recommandées. Cela inclut la dératisation, la maîtrise des populations animales en milieu rural, la gestion des effluents des élevages industriels, le drainage des zones inondées, ainsi que le port d’équipements de protection appropriés lors d’activités professionnelles ou récréatives à risque. Après une exposition à risque, il est important de désinfecter les plaies et de consulter un médecin en cas de fièvre.

Enfin, un vaccin efficace contre la leptospirose existe en France, mais il est réservé aux professionnels exposés à des risques élevés et aux personnes pratiquant régulièrement des activités récréatives à risque, après une évaluation individuelle par un médecin. Cependant, la vaccination ne remplace pas la mise en œuvre systématique de mesures de prévention.

En savoir plus sur la vaccination de la leptospirose

Article complet de la santé publique

Consentement, éthique, soins et santé

Consentement, éthique, soins et santé

L’article de la santé publique explore la notion de consentement au-delà de la sphère de la sexualité, en mettant en lumière son importance dans la relation de soins ainsi que dans divers autres domaines. Il analyse les conditions nécessaires pour obtenir le consentement éclairé des personnes avant tout geste ou acte, en mettant l’accent sur la nécessité de prendre le temps de construire ce consentement tout au long du processus de consultation et de soins.

Le consentement, considéré comme une exigence éthique, touche divers aspects de la vie, tels que la vie affective et sexuelle, la contraception, l’interruption volontaire de grossesse, les consultations médicales, les actes médicaux intimes, la fin de vie, etc. Il s’agit d’une décision résultant d’une délibération avec l’autre et d’une décision intérieure, reflétant des tensions entre liberté et contraintes, adhésion et tolérance. Le consentement est également lié aux caractéristiques sociales des individus et aux rapports de pouvoir, ce qui lui confère une dimension politique, morale et sociale.

Dans le domaine de la santé, le consentement est défini légalement comme devant être « libre et éclairé », basé sur une information compréhensible et loyale. La loi impose aux professionnels de la santé de fournir toutes les informations nécessaires pour permettre aux patients de prendre des décisions éclairées sur leur parcours de soins. Cela nécessite une adaptation de la manière dont les soignants abordent le consentement, en reconnaissant le déséquilibre de pouvoir entre le patient et le professionnel de la santé.

L’article souligne que le temps nécessaire pour obtenir le consentement est souvent limité, posant un défi pour les professionnels de la santé. Les différents articles du dossier abordent diverses situations où le consentement est en jeu, notamment les touchers vaginaux et rectaux, l’interruption volontaire de grossesse, les consultations gynécologiques pour les femmes en situation de handicap, et les soins en milieu fermé tels que les établissements psychiatriques, les prisons et les cas d’obligation de soins.

Le dossier aborde également des questions liées aux personnes vulnérables, comme les mineurs et les migrants, ainsi que le consentement en fin de vie. Il met en évidence la nécessité d’une communication approfondie avec les patients et d’une compréhension éthique pour les professionnels de la santé. L’objectif est de créer une alliance thérapeutique spécifique et unique avec chaque patient tout en reconnaissant l’importance de l’adaptation du système de soins à cette exigence éthique.